Acces Membres


Il y a 31 entrées dans ce glossaire.
Tout | A | B | C | D | E | F | G | H | J | K | L | M | N | O
Page:  1 2 3 Suiv. »

Tout

Terme Définition
Akadama

L'akadama (du japonais aka=rouge et dama=argile) est une argile rouge brun d'origine volcanique que l'on trouve uniquement au Japon et qui est utilisé comme substrat de culture neutre principalement pour les bonsaï.

L'akadama permet un drainage parfait laissant passer l’eau et l’air mais ne disposant d’aucun élément nutritif. Elle nécessite donc des apports de fertilisants et d’humigène pour mieux fixer les ions.

La granulométrie de 3 à 6mm est utilisée pour les bonsaï petits ou moyens alors que la grosse granulométrie (de 6 à 9mm) n’est utilisée que pour les gros bonsaï.

L’Akadama se dégrade assez vite et se compacte. C’est donc un bon substrat pour les arbres matures au pain racinaire bien affirmé et qui aiment les sols frais et humides comme les Acer, les Piceas ou les Abies.

Le Ph de l’akadama est de 6,5 à 6,9. Il ne convient donc pas aux bonsaï qui nécessitent des sols acides sauf si on ajoute de l’écorce de pin compostée ou de la kanuma qui acidifiera le substrat et facilitera l’assimilation des engrais.

Plus de renseignement ici : http://www.parlonsbonsai.com/Akadama.html

Aleurodes

L'aleurode ou mouche blanche est un insecte minuscule (3 mm). C'est un véritable fléau qui sévit principalement dans les serres. Pratiquement toutes les plantes lui conviennent mais elle a une prédilection particulière pour la chélidoine,  les fuchsias, les cucurbitacées, les solanacées (aubergines, tomates et bien entendu les brugmansias).

aleurode

L'insecte et les larves vivent sous les feuilles où elles forment des colonies innombrables. Adultes et larves piquent les plantes pour sucer la sève ce qui peut provoquer le dépérissement complet. De plus ils produisent un miellat qui perturbe l'assimilation chlorophyllienne et sur lequel se développent bactéries et champignons destructeurs.
Si on secoue le feuillage d'une plante infestée, tout le monde s'envole en une sorte de "nuage" blanc… d'où le nom latin de l'espèce : vaporariorum

Aubier

L’aubier ou l’aubour est la partie de l'arbre juste sous l'écorce, partie généralement tendre et blanchâtre. C’est la partie correspondant aux zones d'accroissement le plus récemment formées contenant des cellules vivantes. Il est généralement plus sensible aux attaques des insectes xylophages, car il est plus riche en protéines.

La sève est transportée dans l’aubier par des vaisseaux actifs.

Bassinage

Le bassinage est un léger arrosage en pluie fine qui mouille superficiellement les plantes sans atteindre le compost et qui se fait à l'aide d'un vaporisateur.

Les bassinages sont bénéfiques car en plus de bien humidifier les plantes, ils leur permettent de les débarrasser des insectes nuisibles qui n'aiment pas pour la plupart l'humidité. En effet, le bassinage sert aussi au traitement de maladies lorsqu'il s'agit de les prévenir par application de doses faibles de produits phytosanitaires et insecticides.

Bouture

Opération consistant à prélever une extrémité de rameau (généralement de 10 à 15 cm) puis à la planter dans un environnement lumineux, chaud et humide de façon à lui faire prendre racine. C’est le mode de propagation le plus utilisé par les amateurs.

Cochenille

La cochenille est un insecte assez curieux qui peut être trouvé sous les feuilles d'un grand nombre de plantes d'intérieur. Elle est de forme ovale et recouverte d'une cire filandreuse qui lui donne cette couleur gris rosâtre. En inspectant les feuilles de vos plantes vous pourrez également apercevoir des amas blanchâtres qui correspondent aux œufs de la cochenille.

C'est un insecte sans patte dit "piqueur suceur" qui se nourrit de la sève de la plante hôte et sécrète une substance collante appelée miellat, souvent suivie de la formation d'un champignon noir appelé fumagine.

En piquant la plante, la cochenille l'épuise en pompant mais elle lui inflige aussi des blessures et sa salive toxique peut provoquer la chute des feuilles.

Collet

Le collet est la zone de jonction entre les parties aériennes et le système racinaire.

Conicité

Un bonsaï réussi doit avoir un tronc conique. Pour cela, seules de longues années de formation permettent de donner satisfaction.

Conifère

Le terme conifère signifie «qui porte des cônes». Les fruits de nombreux résineux (cèdres, cyprès, pins, sapins, thuyas,...) se présentent sous la forme de cônes (les fameuses pommes de pin), d'où le nom donné à ce groupe de végétaux.
Ils se distinguent en général par leur feuillage persistant, en aiguilles ou écailles. Il existe aussi des genres à feuillage caduc : ginkgos, mélèzes, cyprès chauves,... Les différentes couleurs du feuillage - bleuté, vert, gris, doré- et leurs diverses silhouettes en font des arbres ou arbustes d'ornement à ne pas oublier dans un jardin.

Débourrement

Le débourrement est le moment de l'année où les bourgeons des arbres se développent pour laisser apparaitre leur bourre (terme désignant le duvet et les jeunes feuilles et fleurs enfouies dans les bourgeons de nombreux arbres) puis ses feuilles et fleurs.

Débourrement de feuilles d'érable sycomore - Mars 2006

Cet évènement marque la fin de la période de dormance.

Drainage

Opération ayant pour objectif la suppression des excès d’eau dans un sol trop humide. Les capacités de drainage d’un substrat dépendent de sa porosité.

Le substrat du bonsaï doit impérativement être très drainant sous peine d’asphyxier l’arbre. On utilisera donc des composants d’une granulométrie toujours supérieure à au moins 2 mm. C’est pour cette raison qu’on évitera la terre de jardin ou le sable trop fin à moins de les tamiser et de n’utiliser que les grains les plus gros.

Il est également recommandé de laver ou tamiser les composants comme l’akadama, la pumice ou la pouzzolane avant usage pour éliminer les fines poussières présentes qui pourrait avoir un effet de colmatage dans le substrat final.

On considère qu’un substrat est correctement drainant lorsque l’eau s’évacue par les trous sous le pot quasiment instantanément après l’arrosage.

Cette définition est extraite de Parlons Bonsaï : http://www.parlonsbonsai.com/Drainage.html

Endomychorhize

Chez ce type de mycorhize, le mycélium du champignon pénètre à l’intérieur des cellules de la racine (partie extérieure).

Les plantes à endomycorhizes sont principalement les bruyères, les myrtilles, les orchidées et les herbes. Peu d’arbres (européens) sont concernés : l’if, l’acacia, les conifères exotiques.

Pour plus de renseignement : http://www.parlonsbonsai.com/Endomycorhize.html

Entre-noeud

Partie d’une branche située entre 2 noeuds consécutifs.
Sur un bonsaï, il faut essayer d’avoir les entre-noeuds le plus court possible.

Pour plus d'information : http://www.parlonsbonsai.com/Entre-noeud.html

Fertilisation

La fertilisation est le processus consistant à apporter à un milieu de culture, tel que le sol, les éléments minéraux nécessaires au développement de la plante. Pour se développer, les plantes utilisent de l'eau, de la lumière, du carbone, de l'oxygène et des éléments minéraux.

  • L'air fournit le carbone (sous forme de CO2) et l'oxygène, qui sont fixés grâce à la photosynthèse. Les éléments minéraux et l'eau sont fournis par le sol.
  • Les principaux éléments minéraux utilisés sont l'azote, le phosphore, le potassium, le magnésium, le calcium et le soufre. Des éléments mineurs, dit oligo-éléments sont également nécessaires en quantité moindre : le fer, le manganèse, le zinc, le cuivre, le bore, le molybène par exemple.

Les besoins de la plante évoluent au cours de son développement. Aux stades où ils sont nécessaires, les éléments minéraux doivent pouvoir être prélevés par la plante dans le sol. Ils doivent être disponibles en quantités suffisantes et sous une forme disponible. Si les éléments ne sont pas disponibles au moment nécessaire, la croissance de la plante sera limitée et le rendement final plus faible.

Granulométrie

Dimensions des grains constituant les substrats tels que pouzzolane, akadama ou gravier.

Cette dimension est importante car elle va conditionner dans une large mesure le pouvoir drainant du substrat. Il faut donc trouver la bonne combinaison entre les besoins en eau de l’arbre (qui dépendent de l’espèce, de sa surface foliaire, du climat, du volume du pot), la fréquence d’arrosage possible et la granulométrie.

Plus l’arbre est jeune, plus la granulométrie du substrat doit être importante (jusqu’à 10 mm pour un jeune plant). Mais ceci n’est valable que si la fréquence d’arrosage permet d’éviter de trop fréquents asséchements du substrat.

Avec une granulométrie trop faible, l’arbre aura trop d’eau et pas assez d’air et ce sera l’inverse avec une granulométrie trop grosse combinée à un manque d’arrosage. La meilleure granulométrie pour une croissance maximum est donc celle qui permet simplement à l’arbre d’avoir à tout moment la juste quantité d’air et d’eau nécessaire à son développement.

Pour plus d'informations : http://www.parlonsbonsai.com/Granulometrie.html

Page:  1 2 3 Suiv. »
Tout | A | B | C | D | E | F | G | H | J | K | L | M | N | O
Glossary 2.64 is technology by Guru PHP


No images

Nos partenaires


Parlons Bonsa


Esprit-Bonsa


Rpublicain Lorrain


France Bleu Lorraine Nord